Universidad Complutense de Madrid
E-Prints Complutense

Les mots bizarre, bizarrerie/bizarro, bizarría et leur valeur heuristique dans la critique française et espagnole du XVIIe siècle

Impacto

Downloads

Downloads per month over past year



Losada Goya, José Manuel (2016) Les mots bizarre, bizarrerie/bizarro, bizarría et leur valeur heuristique dans la critique française et espagnole du XVIIe siècle. In Baroque ou bizarre?: avatars de la bizarrerie aux XVIe et XVIIe siècles (France, Espagne, Italie). Littérature et poétique comparées . Presses Universitaires de Paris Ouest, Nanterre, pp. 59-73. ISBN 978-2-84016-249-0

[img]
Preview
PDF
96kB

Official URL: http://presses.parisnanterre.fr/?p=3111



Abstract

Peut-on utiliser l’adjectif “bizarre” et le substantif “bizarrerie” pour les appliquer à des champs notionnels relevant du baroque? Sans doute. Ce ne serait même pas par dérive sémantique, comme ce fut le cas lors de l’introduction du mot baroque pour désigner un art, un style, en rupture avec le classicisme, à partir d’un terme d’origine portugaise de sens fortement éloigné. D’ailleurs, plus que de dérive sémantique, c’est de proximité de signifiés qu’il convient de parler, ce qui expliquerait les glissements relevés. Un sème commun les rapproche sinon les associe: celui d’irrégularité, de décrochement par rapport à une norme. Furetière a déjà relevé qu’une perle était déclarée “baroque” lorsqu’elle était irrégulière, et nous avons vu que, dans la langue du XVIIe siècle, “bizarre” est souvent pris négativement. Au demeurant il procède de l’italien où il signifie coléreux, dans un premier temps, puis extravagant. Oui, en français “bizarre” et “baroque” peuvent, sinon constituer un binôme, être considérés comme voisins. Si “bizarro” et “bizarría” sont susceptibles de détournement de sens en espagnol, c’est précisément parce qu’ils sont chargés de positivité, ce dont les traducteurs ne se sont pas toujours avisés. Les gens d’esprit non plus.

Resumen (otros idiomas)

Can we use the adjective "bizarre" and the noun "bizarrerie" to apply them to baroque notional fields? Without a doubt. It would not even be by semantic drift, as was the case when the baroque word was introduced to designate an art, a style, breaking with classicism, from a term of Portuguese origin of strongly distant meaning. Moreover, more of than semantic drift, it is of proximity of signified that it is appropriate to speak, which would explain the shifts noted. A common "seme″ brings them closer if not associates them: that of irregularity, of a setback compared to a norm. Furetière has already noted that a pearl was declared "baroque" when it was irregular, and we have seen that, in the language of the seventeenth century, "bizarre" is often taken negatively. For the rest, it comes from Italian, where it means angry at first, then extravagant. Yes, in French "bizarre" and "baroque" can, if not be a pair, be considered as neighbours. If "bizarro" and "bizarría" are likely to misuse meaning in Spanish, it is precisely because they are loaded with positivity, which translators have not always advised. People of mind either.

Item Type:Book Section
Uncontrolled Keywords:Bizarre, Palabras raras, Francia, España, Literatura, Siglo 17
Palabras clave (otros idiomas):Bizarre, Weird words, France, Spain, Literature, 17th century
Subjects:Humanities > Philology > Literature
ID Code:45241
Deposited On:26 Oct 2017 15:21
Last Modified:26 Oct 2017 15:23

Origin of downloads

Repository Staff Only: item control page